Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 23:24

 

Je viens de découvrir une interview de Jean -Paul GARRAUD, député sortant et candidat en Gironde, tout près de chez Alain JUPPE. J.P GARRAUD est l'un des fondateurs et animateurs de la mouvance "Droite Populaire".

 

Dans cet interview, Jean-Paul exprime une opinion qui fait son chemin chez les électeurs de la droite parlementaire, malgré les prises de positions qu'imposent  Coppé,  Juppé, Bertrand  et autres leaders au bureau politique de l' UMP. Ces messieurs veulent préserver leur précarré quitte à ce que la droite majoritaire dans notre pays ne puisse plus gagner une élection ! (depuis 5 ans elles ont toutes été perdues: municipales, européenes, régionales, cantonales, le sénat et maintenant la présidentielle et certainement les législatives !)

 

Des prises de position qui font que chaque candidat UMP en vaine d'électeurs traitent sous le manteau, dans son coin, des accords qui donnent cette désgréable sensation de magouille.

 

Je vous propose cette interview, elle est claire, elle annonce ce que sera le débat à droite dès la rentrée, pour la préparation des échéances territoriales de 2014 ! 

 

BB .................................................................................

 

 

 

 

 

 

Alain Juppé me retire son soutien!

 

 

Hier, j’ai répondu à « 20 minutes.fr » et j’ai osé dire (intégralité de l’interview)

L'un des principaux animateurs de la Droite populaire donne sa position sur un rapprochement éventuel entre l'UMP et le parti de Marine Le Pen...

Jean-François Copé dit que l’UMP ne fera jamais d’alliance avec le FN. Qu’en pensez-vous?

Il faut faire la différence entre les questions d’appareils et ce qui nous remonte du peuple. Les gens ne font plus la différence entre les partis au sein du bloc de droite. Sur le terrain, nous, élus de la Droite populaire, entendons sans arrêt, la question suivante de la part des sympathisants de droite: «Nous perdons sans arrêt les élections alors que les valeurs que nous défendons sont majoritaires. Quand est-ce que vous vous entendrez avec le FN?». Une demande populaire existe, on ne peut le nier. Il nous appartient d’en tirer les conséquences.

Cela signifie que vous êtes favorable à une alliance?

Il y a un certain nombre de convictions communes avec le FN, notamment sur le souci de préserver notre identité française. Mais il existe aussi des différences, comme sur l’Europe ou la peine de mort. Une majorité des électeurs du FN ne sont pas des extrémistes, des pestiférés. La question du maintien d’un cordon sanitaire autour du FN se pose donc. C’est la responsabilité de la droite populaire que d’y répondre. Après les élections, nous nous réunirons et nous y répondrons.

Vous avez parlé d’un «bloc de droite». UMP et FN appartiennent-ils au même bloc?

A partir du moment où le bloc de gauche, c’est la gauche et l’extrême gauche ; le bloc de droite, c’est la droite et l’extrême-droite.

Alain Juppé m’a téléphoné ce matin pour m’indiquer qu’il me retirait son soutien et qu’il ne viendrait pas, comme prévu, dans ma circonscription vendredi.

Un communiqué en ce sens a été publié indiquant que ma position n’était pas celledu bureau départemental de l’UMP.

C’est, à mon sens, une erreur politique majeure.

Ce n’est d’ailleurs pas la première.

On en voit le résultat aujourd’hui et je regrette à titre personnel qu’Alain Juppé n’ait pas maintenu sa candidature à la députation au lendemain des présidentielles.

Cette décision de M. Juppé risque aussi de fragiliser une toujours possible majorité que nous pourrions obtenir au soir du 17 juin.

Que me reproche t on ?

En réalité, d’avoir dit la vérité et d’écouter le peuple.

Je comprends d’autant plus difficilement qu’Alain Juppé lui même a déclaré ce jour au journal « Sud-ouest » que « on connaît ma position sur le Front national, mais ses électeurs sont des Français comme les autres »

Il faut aussi rappeler les déclarations de François Fillon, coprésident avec lui, jusqu’à aujourd’hui, de mon comité de soutien, qui a indiqué que « les électeurs du FN partagent les mêmes valeurs qu’elle (Nadine Morano) et je partage les mêmes valeurs » François Fillon a même ajouté « il faut éviter la caricature, beaucoup d’électeurs du FN partagent les valeurs de Mme Morano » (flash AFP 13 juin 12H37)

Je fais simplement le parallèle entre un bloc de gauche que personne ne remet en cause entre l’extrême gauche et la gauche et un bloc de droite qui serait composé des électeurs de toute la droite.

La création de la droite populaire au sein de l’UMP le 14 juillet 2010 reposait notamment sur ce constat. Le nier continuera de faire perdre la droite mais surtout la France.

Nos valeurs sont majoritaires dans le pays mais le bloc de gauche rafle tous les pouvoirs et le décalage entre les élus et le peuple est de plus en plus grand.

La représentativité du FN pose aussi question. Il faut y répondre.

Si nous ne répondons pas à toutes ces questions, les tensions monteront et c’est dans la rue que les choses se régleront. Je le refuse car je suis un démocrate.

J’ai formulé des interrogations tout en refusant les alliances.

Je ne recherche pas un électorat, je reste sur la ligne qui a toujours été la mienne : Le discours de vérité, sans tabou, langue de bois, politiquement correct.

13 juin 2012

Jean-Paul Garraud
Député de la Gironde
Secrétaire National de l'UMP à la Justice
Conseiller régional d'Aquitaine

Partager cet article

Repost 0
bernardbeaudet.over-blog.com
commenter cet article

commentaires