Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 18:01

Une excellente idée d'organiser une super grande Fête de Mères à Paris le dimanche 26 mai !

Victime des manipulations du pouvoir et de ses alliés de la presse, voila une excellente date qui avec la douceur du mois de mai ferait défiler dans Paris plus de 2 millions de Français ! Des familles françaises, les papas, les mamans,  les papis, les mamies et les enfants garands et petits.

Mais là il faut s'organiser et s'assurer d'un comptage sèrieux et impartia, quitte à rechercher un organiosme d'un pays européen et pour le financer mettre tout au long de la manif de grosses tirelires où chacun pourra participer.

Notez déjà sur vos carnets ce dimanche 26 mai, un dimanche plein de symboles, celui de la fête des mères.

La Manif pour tous prépare son «mai 2013»


    • Par Stéphane Kovacs
    • Mis à jour le 04/04/2013 à 15:43
    • Publié le 04/04/2013 à 15:40
Le 26 mai, jour de la Fête des mères, pourrait être la date d'une troisième manifestation.

Le 26 mai, jour de la Fête des mères, pourrait être la date d'une troisième manifestation. Crédits photo : FRANCOIS GUILLOT/AFP

Pour la prochaine démonstration de force des opposants au mariage gay, plusieurs dates sont à l'étude. Le collectif cherche des locaux pour installer son quartier général

 

Les manifestations, disent-ils, «c'est comme la cigarette»: «La première fois, on se force, puis on y prend goût, et après on ne peut plus s'en passer.» C'est sûr, leur troisième démonstration de force, les organisateurs de la Manif pour tous y pensent déjà. Plusieurs dates sont à l'étude, mais celle du 26 mai, jour de la Fête des mères, tient la corde… «Comme le texte devrait revenir à l'Assemblée entre le 20 et le 30 mai, ça tombera bien! fait remarquer Frigide Barjot, l'égérie de la Manif pour tous. Et puis, ce sera “mai 2013”, la fin du “libertarisme à tous crins” et de la  “jouissance sans entraves”…»

Coordinateur général du collectif, Albéric Dumont explique avoir «un peu le pied sur la marmite». «Regardez les Hommen! Certains jeunes, parfois virulents, réclament de nouvelles actions, indique-t-il. On constate la multiplication d'initiatives plus ou moins contrôlées. Certains flirtent avec l'illégalité. Nous on restera toujours dans la légalité, avec le sourire. On hausse le ton, mais l'esprit reste le même.» Frigide Barjot insiste: «On ne lâche rien, assure-t-elle. Ça ne veut pas dire que l'on se radicalise ni que l'on se politise!»

Les multiples «bâtons que le pouvoir (leur) glisse dans les roues», ils les voient comme autant de preuves qu'ils «commencent à être gênants». «On n'a pas été vus, ni entendus, ni comptés, s'exaspère Albéric Dumont. Pour l'opération de jeudi soir devant le Sénat, on nous limite les horaires et les camions sono. On leur fait peur, alors?»

Tenir la distance

Signe de la volonté de s'organiser pour «tenir la distance», la Manif pour tous est à la recherche de «vrais locaux pour installer son quartier général». En attendant, le collectif est sur tous les fronts: «comités d'accueil» chahutés pour les ministres concernés par la loi, «mobilisations éclair» devant les bâtiments stratégiques, envois massifs de courriels aux sénateurs, nouvelles manifestations en régions et actions jusque dans les tribunaux… Les amis de Frigide Barjot ont notamment assigné en diffamation le sénateur PS et rapporteur du texte Jean-Pierre Michel, qui les avait décrits comme «les pires des homophobes». Une plainte a également été déposée après une alerte à la bombe, mercredi dernier, pendant une conférence de presse du collectif.

Plus anecdotique, mais tout aussi «enquiquinant» pour l'administration: le «choc de complexification». Prenant le contre-pied de François Hollande, qui a prôné jeudi dernier un «choc de simplification», Frigide Barjot recommande aux Français de déclarer leurs revenus, non pas sur Internet, mais sur papier. «Il veut virtualiser la filiation, s'indigne-t-elle. Nous appelons à dévirtualiser nos impôts!» Les plus remontés pourront aussi résilier leur contrat de mensualisation des impôts et payer 2 euros en plus du montant réclamé. Puis, réclamer un remboursement… Enfin, le collectif envisage d'appeler ses sympathisants à transférer leurs économies d'un livret A vers un autre compte, tous à la même date.

«Aujourd'hui, on n'est plus dans la même configuration ! veut croire l'humoriste catholique, sourire en coin. Compte tenu de l'actualité gouvernementale, on est de plus en plus confiants sur la possibilité d'un rejet du texte.»

Partager cet article

Repost 0
bernardbeaudet.over-blog.com
commenter cet article

commentaires