Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 14:16

 Copie de Bernard Beaudet

 La droite française vit actuellement une de ses grandes crises  dont elle nous a accoutumé depuis le décès du président de la République Georges Pompidou suite à une longue et terrible maladie. Dans l’ordre et de mémoire, ce fut le combat fratricide entre Giscard d’ Estaing et Jacques Chirac, un combat jamais éteint, puis celui qui opposa le même Jacques Chirac à Jacques Chaban Delmas. Dans ces deux cas ces luttes fratricides se soldèrent par une victoire de la gauche, celle qui opposa Jacques Chirac à Balladur (avec lequel on retrouvait Sarkozy, Fillon,..) .vit la victoire du président Chirac

Mais il est bien connu que l’expérience des autres n’est pas évangile ! Chacun  des protagonistes dans ce genre d’affrontement est trop persuadé qu’il a raison, qu’il détient la vérité et qu’en imposant l’apogée de sa carrière il sauvait le pays  ! Aujourd’hui, les deux protagonistes savent par connaissance de l’histoire de notre république, que le pouvoir ne se reçoit pas, qu’il se gagne. Il en est bien sur de même à gauche, l’arrivée de Mitterrand ne fut pas simple et celle de Hollande est due à une convergence de causes et de faits que l’on est pas près de revoir ! L’élimination juridique de Strauss Khan, le rejet des militants et sympathisants  PS d’Aubry, l’anti - sarkozysme viscéral des politiques et de la presse et le jeu orchestré par le PS du FN!

Pour en revenir au fait de cette fin d’année électorale, deux raisons  essentielles sont les causes de ce pugilat politique au sein de l’UMP : la suite logique de la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle et d’un manque évident de préparation de sa succession à la tête de son parti, mais aussi il ne faut pas se le cacher d’un manque évident de véritable leader à droite, que l’o retrouve aussi à gauche, comme dans de nombreuses démocraties occidentales mais aussi les ambitions des deux hommes pour investir au plus tôt la place de candidat de la droite aux présidentielles de  2017 ! La patience n’est pas l’apanage de nos hommes politiques,  surtout chez Fillon qui a mené une campagne de primaire présidentielle.

 

Les deux candidats qui s’affrontent dans ce combat du chef  à l’UMP subissent les effets de la convergence de plusieurs raisons.

  • Une querelle générationnelle, le jeune loup aux dents longues Jean François Copé fait face au vieux routier politique de la 5° république François Fillon

 

  • Copé le jeune et  brillant carriériste, candidat de la reconquête, s’oppose à un adversaire blessé par de multiples défaites perdre la région des pays de Loire ( il faut le faire exprès !) venir à Paris dans une circonscription protégée pour rester  député alors que sa circo d’origine dans la Sarthe passe aux mains du PS, etc...5 Ans à Matignon où il est plutôt apparu comme un directeur de Cabinet du président Sarkozy qu’un premier ministre, ne lui ont pas enlevé cette mage de looser.

 

  • Un positionnement politique sensiblement différent  pour ne pas dire opposé, Copé se veut le candidat de la droite décomplexée, comme la majorité des militants de l’UMP, les ex – RPR, Fillon plus centriste, plus près d’un Borloo, à l’image de l’UMP depuis sa création un mouvement à composition hétéroclite sans réelle ligne politique.

 

Copé a gagné. A-t – il triché ? Certainement pas plus que les amis de Fillon, à Nice semble-t –il où le ralliement d’un CIOTI, un homme de droite s’il en est peut poser question ! Peut être un règlement de compte ! Allez savoir dans ce milieu.

 

Cette affaire va au cours des semaines et des mois à venir continuer d’alimenter l’actualité de la droite. Fillon mauvais perdant bien connu  (souvenez vous de sa réaction pleine de haine à l’égard du président Chirac qui ne le reconduisait pas dans son ministère lors du remplacement de Raffarin par Villepin) ne lâchera pas comme cela, d’ici que Sarkozy entre dans la bataille !

 

Ce jour nouvel épisode, Filllon crée son groupe parlementaire, le Rassemblement en l’UMP ! Là ce n’est pas une opération politique, cela peut y ressembler, mais il ne s’agit, avant tout, que d’une affaire de gros sous. ! Pour continuer à batailler contre Copé et les statuts de l’UM, il faut des moyens financiers entre autre, car les finances de l’UMP sont bloquées, ce ne sont pas les leaders qui reçoivent les fonds publics, mais les structures politiques donc l’UMP ! La création d’un groupe au parlement est un moyen d’assurer l’essentiel en apportant des locaux, un secrétariat, des finances etc...Une façon de se faire assister par les contribuables ! Chercher la morale ! Comme au PS, les donneurs de leçons sont donc les grands pêcheurs devant l’éternel, les contribuables !

Partager cet article

Repost 0
bernardbeaudet.over-blog.com
commenter cet article

commentaires