La défaite de Nicolas Sarkozy, président sortant lors du second tour de l’élection présidentielle ouvre une ère nouvelle de la vie politique. Privée depuis les années 80 d’une identité claire avec la question européenne, la majorité sortante ne dispose plus aujourd’hui d’une personnalité incontestable pour la représenter. Après avoir perdu la nation, en faisant le choix de Maastricht puis de la Constitution européenne, la droite  qui s’est toujours voulu la représentante du gaullisme politique a perdu, bien plus qu’une élection ; elle a perdu le peuple.

 

La recomposition politique est en cours ; les grandes manœuvres partisanes ne tarderont pas à se transformer en petits arrangements entre amis. Le risque est grand que la dynamique de la victoire socialiste à l’élection présidentielle conduise à l’hécatombe des représentants de la majorité sortante à l’Assemblée nationale. En cinq ans, la machine à perdre UMP aura perdu toutes les batailles électorales, abandonné tous les exécutifs, déserté toutes les assemblées.

 

La droite et surtout la France, ne pourront renaître que du peuple qui est depuis longtemps négligé dans notre pays. Du peuple, la gauche n’a toujours eu qu’une vision idéologique ; il faut aujourd’hui l’appréhender dans sa réalité. Les défenseurs de la souveraineté nationale ont le devoir d’établir la jonction avec la souveraineté populaire. C’est la nation à l’épreuve de la démocratie directe. La nation doit renaître à la source de la souveraineté, celle du peuple. Il en va de même pour nos valeurs de liberté, d’égalité, de solidarité, de justice, de fraternité, si mal défendues par ceux qui étaient sensés en être les représentants ? Le peuple porte maintenant ces valeurs éternelles. Donnons au peuple les moyens de s’exprimer, et nous retrouverons la France !

 

 

Alain BOURNAZEL

Président du RIF

                                                      

Nicolas STOQUER

 Président fondateur du RPF

 

Bernard Beaudet

Délégué du président du RPF