Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 11:13

On ne peut qu'adhérer aux propos transcrits dans le communiqué du"Parti de l'in-nocence" que vous trouverez ci -dessous.

Nous vivons dans un monde où les médias dictent les ce qui est bon, ce que l'on doit penser. Le Pire est que nos politiques responsables ou irresponsables adhérent à ces doctrines bien pensantes  par manque de franchise, par peur  de la réalité ou des médias ou par manque de courage et un manque absolu de convictions de ce qu'ils représentent. On retrouve là les mêmes symptomes que pour le printemps arabe et la Syrie !

Cela bien sur sans ne rien enlever à l'homme qui après une vie consacrée à ses convictions d'homme libre, à l'amour de son pays,sa patrie, quitte ce monde dans la douleur.

BB.......................................................................

Communiqué n° 1595, vendredi 28 juin 2013
Sur la longue agonie de Nelson Mandela

Le parti de l’In-nocence juge aussi déplacée que ridicule l’espèce de frénésie laudative dont est pris l’univers médiatique à l’approche, croit-il, de la mort de Nelson Mandela : d’abord parce que le père de la nouvelle Afrique du Sud n’est pas encore mort, ensuite parce que cette nouvelle Afrique du Sud, avec sa criminalité hallucinante, la corruption et l’incompétence de son personnel politique, le processus de décivilisation, plus rapide encore que le nôtre, dans laquelle elle semble engagée, n’est point telle que lui avoir donné naissance doive valoir pareille vénération universelle. Nelson
Mandela a mené son combat pour la liberté de son peuple avec un remarquable courage, une haute intelligence et une persévérance admirable, bien dignes d‘éloges. Il n’en reste pas moins qu'il laisse un pays plus violent qu’il ne l’a trouvé.

Le racisme y prospère tout autant qu’auparavant, même s’il a changé de direction principale. Quant aux vestiges de la prospérité mal répartie d’antan, ils doivent leur conservation, pour l’essentiel, à ce qui reste, jusqu'à présent, de la minorité blanche, que le nouveau régime a eu la sagesse intéressée de ne pas jeter à la mer, contrairement à ce qui
s’était passé trente ans plus tôt en Algérie, pour son plus grand malheur économique, et à ce qui est arrivé plus récemment au Zimbabwe voisin.

Partager cet article

Repost 0
bernardbeaudet.over-blog.com
commenter cet article

commentaires