Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 14:11

Je vous livre un communiqué de notre ami Christian Vanneste, qui souhaite mettre un point final à cette affaire montée en épingle par la presse, le lobby homo et les politiques de gauche et de droite confondus !

Cette affaire partie d'une vidéo,montée sur le web à partir d'un court extrait d'une intervention faite pour présenter un projet de loi  visant à protéger nos enfants contre la pornographie sur internet (et peut être la télévision), a été détounrnée par les manipulateurs du web. C'est le risque que court aujourd'hui toute personne publique.qui souhaite communiquer. une phrase, une courte séquence sortie de son contexte peut servir à démolir son auteur. Christian n'est pas la première victime de cet effet pervers de la modernité des moyens de communication. Il faudra un jour se pencher sur cette pratique malhonnête, et ce d'autant plus que les médias, n'ayant comme visée "intélectuelle et honnête" que le tirage ou l'audimat , reprennent jusqu'à satiété la médisance, mais quand la mayonnaise retombe, là,  ils savent se faire discrets pour remettre les vérités à leur place.

BB..............................................................................................................................................

 

Du dérapage, de la récidive, et de la police de la pensée

dont la presse se fait la complice

Je souhaite par le présent communiqué mettre un terme à une polémique disproportionnée et parfaitement injuste à mon égard.

En premier lieu, je rappelle que mon travail parlementaire a été important et n’a pratiquement jamais concerné le sujet qui a récemment défrayé la chronique. Je ne suis en rien responsable du fait que les commentateurs s’y intéressent moins.

La vidéo qui est à l’origine du buzz avait d’abord pour but de présenter une proposition de loi visant à protéger les enfants contre la pornographie sur internet. Personne ne l’a rappelé parce que depuis des années l’intérêt médiatique est focalisé en ce qui me concerne sur un seul sujet à propos duquel je n’ai en fait plus le droit de dire quoi que ce soit, et surtout la vérité, sans qu’un lynchage soit organisé.

Pour prendre un exemple, durant les deux dernières législatures, j’ai déposé 29 propositions de lois dont une seule pouvait avoir un lien avec ce sujet.

Parmi ces PPL, plusieurs ont vu leurs objectifs atteints : celle visant à lutter contre l’usurpation d’identité, celle visant à interdire les vêtements masquant l’identité d’une personne, celle en vue de promouvoir les travaux d’intérêt général, celle reconnaissant le don du sang comme grande cause nationale, celle luttant contre l’arrêt intempestif de produits médicamenteux, et évidemment celle instaurant la TVA sociale.

Reste donc cette question sur laquelle je suis tellement censuré que je me suis moi- même abstenu d’intervenir en séance sur le texte socialiste proposant le mariage entre personnes de même sexe.

En 1995, au Conseil Régional, j’avais été favorable à la commémoration de la déportation homosexuelle, et Maurice Schumann, qui s’y refusait, m’avait appris que cette déportation n’avait pas existé en France en dehors des trois départements annexés.

En 2012, je suis interrogé par un site catholique sur deux sujets. Le second concerne le mariage entre personnes de même sexe. J’explique l’évolution favorable de l’opinion par la puissance médiatique du groupe de pression, et sa capacité à désinformer pour sensibiliser les gens. Je donne entre autres l’exemple de la déportation dont la plupart des Français pensent savoir qu’elle s’est effectuée aussi dans notre pays, alors que tel n’est pas le cas.

Je n’ai évidemment pas nié la déportation des homosexuels dans le Reich puisque j’en ai rappelé les chiffres. Curieusement portée à l’attention du public le jour de l’annonce de la candidature du Président sortant, cette vidéo a déclenché un lynchage médiatique étonnamment rapide, fait de condamnations en tous genres, d’ignorance du sujet et de calculs politiques. Or, ce que j’ai dit est rigoureusement vrai comme en attestent les déclarations de Serge KLARSFELD et de la Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance (FNDIR).

Même la récente étude de Mickaël BERTRAND évoquée par certains penche en ma faveur. Ses conclusions « peuvent apparaître à certains égards comme un revers pour les militants qui travaillent depuis des années à la reconnaissance d’une déportation homosexuelle » (page 23) puisque le chiffre des déportés français depuis le territoire national est de 7 dont l’homosexualité est mentionnée sans qu’elle soit nécessairement la raison de la déportation.

Je tire de cette expérience trois conclusions :

  • Premièrement, les faits que j’ai rappelés ont été confirmés et il est clair que l’on me reproche d’avoir dit la vérité.
  • Deuxièmement, mes exemples visaient à établir la puissance de mobilisation médiatique du lobby. Mes prévisions ont été vérifiées au-delà du raisonnable. Personne ne pourrait dire que l’objet de l’interview était en fait l’accès des mineurs à la pornographie sur internet, parce que manifestement, le lobby et les médias complices se moquent éperdument de ce danger considérable qui menace nos enfants.
  • Troisièmement, cette affaire me permet d’enregistrer un double record à travers les titres carrément idiots de certains articles : celui du spécialiste du dérapage en constante ligne droite, celle des valeurs auxquelles je suis fidèle et celui du récidiviste sans première infraction…

Il serait souhaitable que sur des sujets aussi sensibles, on évite de succomber au rythme trop précipité de la communication actuelle. Ce que j’ai dit était réfléchi. Je conçois parfaitement qu’on puisse y opposer une réflexion différente, mais les condamnations pavloviennes ne sont pas acceptables, et contredisent le principe fondamental sur lequel repose la liberté de la presse, la liberté d’expression !

 

Christian Vanneste

Partager cet article

Repost 0
bernardbeaudet.over-blog.com
commenter cet article

commentaires