Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 17:01

Le Premier Drame de France

La Montesflan au festival de Cannes ou à l'Elysée, on sait plus

 

 

Il y a des moments jouissifs dans la vie politique, l’intervention de Valérie Trierweiler ce matin sur France Inter est incontestablement de ceux là. Jouissif parce qu’en quelques minutes, elle a réussi à montrer à la France l’étendue de sa démagogie, l’absurdité de son idéologie et surtout son extraordinaire égocentrisme. Passons sur sa volonté incompréhensible de garder une indépendance financière en continuant à travailler. En fait non, arrêtons nous quand même dessus un moment : il faudrait que quelqu’un lui explique qu’en vivant avec l’homme le plus important de France, elle se doit de donner si elle en est capable, sa vie à la France, en tout cas de faire semblant, pour un temps donné, pour un temps compté, en fait pour 5 ans tout au plus… Sans tomber dans une conception trop monarchique du pouvoir, on peut quand même penser que les français qui ont élu (sans me demander mon avis d’ailleurs…) celui qui lui sert de compagnon méritent que lui, comme elle, se donnent à la France complètement.

 

Il se trouve que notre nouvelle Montespan (ou Montesflan pour les plus cruels d’entre nous) est journaliste. Imaginez si elle était serveuse dans un troquet ou contrôleuse dans le métro !… Heureusement elle fait partie de cette joyeuse petite caste à qui personne ne demande jamais rien et qui continue de se demander pourquoi toutes les études d’opinion montrent qu’il s’agit de la corporation la plus détestée par les français (même les contrôleurs du fisc et grévistes de la RATP sont plus aimés…). Bref, Folcoche pourra continuer à toucher un salaire et les nombreux avantages fiscaux qui en découlent en faisant écrire ses papiers par les 6 collaborateurs que nous lui payons tout en profitant des fastes dûs à sa fonction. Ca se passe comme ça en Normalie…

 

Mais la Pompadure qui use désormais les tapis de l’Elysée avec les talons hauts de ses escarpins de luxe – tout en affirmant, sans peur que l’on se demande si oui ou non elle nous prend pour des demeurés, qu’elle s’habille sur les marchés – nous a gratifié ce matin d’un grand moment de radio en disant qu’elle voulait changer le titre de « Première Dame de France » qu’elle trouvait trop désuet. Ce doit être un jeu entre eux, chaque semaine ils doivent enlever ou mettre un mot, une sorte de Scrabble géant dont le plateau serait nos textes constitutionnels ou les usages républicains. Lui a voulu mettre le mot laïcité pour remplacer le mot race ( +8 points au Scrabble ) et notre marquise Valérie de la Botoxie veut enlever maintenant l’expression Première Dame de France et semble compter sur les français pour l’aider dans sa quête sémantique si essentielle en ces temps de crise.

 

Je n’ose penser que ce qui gène la comtesse aux pieds luxueusement chaussés est le fait que le mot « Dame » est plutôt réservé aux femmes mariées quoiqu’en disent les féministes hystériquement correctes qui peuplent nos médias et les grands appartements parisiens. Ca, je crois vraiment qu’elle s’en balance comme de sa première paire d’escarpins Yves Saint Laurent qu’elle a eu pour son passage en CP. Elle veut marquer l’Histoire, et quoi de mieux pour marquer l’Histoire que de passer pour une débile égocentrique aux yeux de la France et du Monde. En tout cas, elle est bien partie, elle a même pensé dans sa grande humilité, à se faire appeler « Atout cœur de France ». Elena Ceausescu aurait pu avoir cette idée. Cette idée, on ne peut l’avoir que si l’on n’est pas très certain de sa capacité à faire les choses avec cœur et de manière désintéressée.

 

On peut se demander légitimement si elle ne débloque pas un peu la Mère Tapedur. Mais je ne crois pas, je crois juste qu’elle se fout de nous et qu’elle nous prend pour des cons. En témoigne sa deuxième idée pour remplacer son titre : elle a osé évoquer celui de « Première journaliste de France ». Il se trouve qu’on avait lancé cette idée sur Twitter pour se moquer de cette situation absurde quand Paris Match – qui n’est jamais à la traine quand il s’agit de lécher des escarpins Yves Saint Laurent, surtout quand ils sont portés par des gens de gauche… – avait confirmé la Thénardier à son poste de journaliste pour rester fidèle à sa devise : « le poids des egos, le choc des bobos ». Mais comme elle n’est pas assez stupide pour croire qu’on lui suggérait quelque chose de sérieux, je crois tout simplement qu’elle a décidé, pour venger sans doute quelque frustration passée, de se foutre de notre gueule allègrement. Mais cela tombe bien, c’est notre sport favori et là, Madame de Maintenant va en prendre pour 5 ans

Partager cet article

Repost 0
bernardbeaudet.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

B. Stine 14/06/2012 14:33

Article bizarre, pas de fond, c'est du commérages à la... française

B. Stine
Deux-Montagnes (Québec)